Une compagnie pétrolière colombienne s’apprête à entrer sur le territoire d’Indiens isolés

Homme nahua, Pérou. Plus de 50% des Nahua sont morts suite au premier contact avec le monde extérieur

Homme nahua, Pérou. Plus de 50% des Nahua sont morts suite au premier contact avec le monde extérieur ©

Suite à un accord conclu cette semaine, la compagnie pétrolière d’Etat de Colombie, Ecopetrol, s’apprête à entrer sur les terres de l’un des derniers groupes d’Indiens isolés au monde, au Pérou.

Ecopetrol a signé un accord avec la compagnie pétrolière d’Etat du Brésil, Petrobras, qui détient un contrat pour mener des opérations d’exploration dans deux régions de l’Amazonie péruvienne, toutes deux habitées par des Indiens isolés.

« Par le biais de ses partenaires au Pérou, Ecopetrol a conclu deux accords avec Petrobras Energía del Perú, S.A. pour acquérir des actions dans deux Lots d’exploration et de production au Pérou », peut-on lire dans la déclaration d’Ecopetrol publiée mardi dernier. « Dans le premier Lot (Lot 110), Ecopetrol possédera 50% des parts, dans le second (Lot 117), la compagnie en possédera 25% ».

Le Lot 110 couvre presque toute la réserve censée avoir été établie pour les Indiens isolés murunahua qui sont extrêmement vulnérables à toute forme de contact avec le monde extérieur en raison de leur manque d’immunité face aux maladies allogènes. Certains Murunahua ont déjà été contactés par des bûcherons opérant illégalement dans la région – on estime que 50% d’entre eux en sont morts.

Le Lot 117 inclut une partie d’une réserve proposée pour des Indiens non contactés. La création de la réserve est soutenue par l’organisation indigène locale ORPIO et l’organisation indigène nationale AIDESEP.

L’accord avec Ecopetrol survient après que les représentants des communautés indigènes ont déclaré qu’ils ne permettraient pas à Petrobras d’explorer dans le Lot 117. « Le gouvernement du président Alan Garcia ignore une fois de plus la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail et la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples indigènes », a déclaré le président de l’AIDESEP, suite à la décision du gouvernement d’autoriser Petrobras à opérer dans la région.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : « Il est possible que la compagnie Ecopetrol ne sache pas dans quoi elle s’est engagée : les terres qui ont fait l’objet d’un accord en vue de leur exploration sont habitées par des Indiens isolés. En y menant des activités, Ecopetrol va enfreindre la législation internationale et violer les droits de personnes parmi les plus vulnérables au monde. »

©Survival International (France)20 mars 2009

Bof, on leur offrira des bons d’essence pour les dédommager…

Publicités